Psoriasis-Contact asbl - info@psoriasis-contact.be

Les traitements sans prescription médicale

Le soleil : ami ou ennemi ?

Les deux ! Le soleil est clairement bénéfique pour les peaux psoriasiques, il améliore les plaques dans 85 % des cas. Par contre, comme chacun sait, il peut également être dangereux en favorisant l'apparition de cancers de la peau et son vieillissement prématuré.

Côté positif : la photothérapie et la sérénité. Côté négatif : vieillissement et cancers.

La photothérapie est définie comme un traitement par les rayons UV (ultraviolets). Ces rayons peuvent être d'origine naturelle (soleil) ou artificielle (bancs solaires, cabines à UV du dermatologue) Pour rappel, il existe trois types de rayons ultraviolets solaires :

Les rayons UVA, aux longueurs d'ondes les plus longues, causent le bronzage rapide mais transitoire ainsi que le vieillissement et les rides de la peau. Les UVA pénètrent profondément dans les tissus de la peau (derme) qu'ils peuvent endommager en induisant des cancers et en particulier les carcinomes ; ils influencent également les médiateurs immunitaires, d'où leur effet bénéfique anti-inflammatoire sur le psoriasis. Leur action négative n'est pas toujours immédiatement visible car elle est lente et cumulative. Ils sont en majorité retrouvés au bord de la mer et dans les endroits du globe situés sous le niveau de l'océan ; comme à la mer Morte et dans le Grand Canyon aux États-Unis e.a.

Les UVA représentent entre 95 % et 98 % des ultraviolets qui arrivent à la surface de la terre.

Les rayons UVB , dont les ondes sont de longueur moyenne, sont responsables des coups de soleil, du bronzage lent et durable, du vieillissement de la peau et du cancer de la peau et en particulier le mélanome. Les rayons UVB sont très néfastes pour l'organisme, mais ils sont presque totalement absorbés par l'atmosphère. Le trou de la couche d'ozone augmente le risque d'exposition aux UVB et aux UVA.

Ils représentent entre 2 % et 5 % des UV qui touchent la surface de la terre. Ils sont présents en grande quantité en altitude et dans une moindre mesure au bord de la mer.

Les UVB peuvent endommager directement l'ADN de nos cellules et peuvent modifier leur code génétique. Ils causent de nombreux cancers de la peau.

Les rayons UVC sont les plus courts des rayons ultraviolets et n'atteignent pas la surface de la Terre, heureusement car ce sont les plus dangereux. L'atmosphère en absorbe 99 %, ils entrent dans la fabrication de la couche d'ozone.

Pour profiter au mieux des bénéfices du soleil, on conseille donc de bien l'apprivoiser c'est à dire de ne pas s'exposer à l'heure du midi (pic d'UVB), de bien se protéger contre ces mêmes UVB avec une crème protectrice adaptée à son phototype, et de bien hydrater sa peau.

En cas de PUVA thérapie, l'exposition au soleil est interdite le jour de la séance parce que le photo-sensibilisant que l'on absorbe deux heures avant la séance agit encore pendant quelques heures après la séance.

De plus, les effets bénéfiques du soleil et de sa lumière sur le moral tant que le contexte « vacances-repos » existent aussi lorsqu'on en profite à l'ombre.

 

La climatothérapie associe les bienfaits du soleil et ceux de l'eau de mer

Les bienfaits de la Mer Morte, qui borde l'État d'Israël et le royaume de Jordanie, ne sont pas négligeables pour les patients atteints de psoriasis. La Mer Morte se situe à 417 mètres sous le niveau de la mer. Cette basse altitude combinée à la saturation de l'air en eau due à l'intense évaporation de l'eau de mer forme un filtre naturel des rayons ultraviolets. Les UVB nocifs pour la peau sont davantage affaiblis que les UVA à plus grande longueur d'onde. D'autres conditions comme la température élevée et constante, la très haute teneur de l'eau en sel et en sels minéraux, la qualité de la boue y sont réunies, toutes bénéfiques pour le psoriasis.

Des stations thermales proposent des programmes de soins sous contrôle médical alliant à la fois bains de mer et de soleil en combinaison avec des traitements locaux par application de pommades. Un séjour de minimum trois semaines est préconisé pour obtenir une nette amélioration voire un blanchiment de son psoriasis et une période de rémission plus ou moins longue.

D'autres pays comme le Maroc, la Tunisie ou la Roumanie ont également développé des stations thermales le long de leur littoral avec là encore des suivis médicaux.

 

Le thermalisme ou crénothérapie

Contrairement à la climatothérapie qui allie eau de mer et climat, le thermalisme est l'utilisation des eaux minérales naturelles. Selon sa composition et sa richesse en différents sels minéraux, une eau possèdera des propriétés variées dont certaines sont plus particulièrement indiquées pour le psoriasis.

Par ailleurs, le thermalisme est organisé comme un moment de repos et de détente, dans un nouvel environnement visant à diminuer le stress, facteur déclenchant. Il permet aussi à ceux qui le souhaitent d'échanger avec d'autres patients atteints de psoriasis.

En Belgique, les thermes de Spa, Chaudfontaine ou Grimbergen ont chacun leur particularité appréciable soit de par la qualité de l'eau, soit de par le décor. Dans la gamme de traitements dispensés par des esthéticiennes figurent des soins appropriés pour le psoriasis.

En France, la plus connue est la cité thermale de La Roche Posay, dont la composition de l'eau possède des effets thérapeutiques remarquables, mais il faut aussi citer Avène, La Bourboule, Fumades-les-Bains, Molitg-les-Bains… Là encore, des programmes de soins établis par un médecin et sous contrôle médical y sont proposés.

 

Prise en charge globale du patient

La qualité de vie du patient est une notion récente dans la prise en charge de certaines pathologies (neurologie, cancérologie, dermatologie,...). Comment, à côté des soins médicamenteux, améliorer le confort de vie des patients ? Comment reconnaître l'efficacité d'un médicament avec comme critère l'amélioration de la qualité de vie du patient ?

Lire la suite : Une nouvelle approche de la dermatologie (pdf).