Définition
Le psoriasis est une maladie de la peau chronique, non contagieuse, auto-immune et génétique.
En Belgique, elle touche 1 personne sur 30, soit près de 300 000 personnes, et dans le monde, près de 125 millions de personnes.
Comme le psoriasis est une maladie visible, elle a un impact sur la qualité de vie de la personne affectée. Celui-ci peut être important voire grave et ce, à différents niveaux : social, psychologique, affectif, professionnel, scolaire, financier,...

D'où vient le nom Psoriasis ?
Psoriasis vient du grec Psora qui signifie gratter, s'en aller en poussière (allusion à la desquamation des plaques en fines particules).
C'est un médecin anglais, Robert Willan, qui le premier décrit et dénomme la maladie en 1805. Avant lui, les maladies comme la gale, la lèpre ou le psoriasis étaient réunies et confondues sous le terme général d'éruption psorique.
En savoir plus

Que se passe-t-il au niveau de la peau ?
Le psoriasis se caractérise par l'apparition de plaques rouges recouvertes de squames blanchâtres pouvant être épaisses à très épaisses. Ces lésions sont dues à une accélération anormale du renouvellement de l'épiderme.

Chez monsieur tout le monde, le renouvellement de l'épiderme se réalise tous les 28 jours. Chez nous qui sommes atteints de psoriasis, le processus est accéléré et s'effectue tous les 5 à 7 jours. La conséquence de ce renouvellement est un épaississement de la couche cornée qui se couvre de squames de teinte blanchâtre à l'abondance variable et qui se détachent sous forme de pellicules ou de lamelles fines ou plus volumineuses. De plus, le psoriasis provoque une réaction inflammatoire locale due à une réaction des lymphocytes T (un type de globules blancs).

Localisation des plaques
Le psoriasis affecte diverses régions du corps comme le cuir chevelu (forme la plus répandue), les coudes, les genoux, la région sacro-iliaque, les mains, les pieds, les ongles, les organes génitaux,...
Les surfaces corporelles atteintes sont très variables d'un individu à l'autre et ne sont jamais définitives. Elles évoluent et changent d'endroit de façon imprévisible.

On distingue deux types de psoriasis :
TYPE 1 - la maladie se déclare avant 30 ans (antécédents familiaux importants).
TYPE 2 - la maladie se déclare plus tard, après 50 ans, et de façon sporadique (sans antécédents familiaux et évolution plus bénigne).

Symptômes
Ils sont très différents d'un patient à l'autre, tout comme la gravité ou l'évolution de la maladie.
Le psoriasis est une maladie chronique, ce qui signifie qu'elle évolue par poussées entrecoupées de périodes d'amélioration nommées période de rémission.
Quand le psoriasis s'est déclaré, c'est généralement pour de nombreuses années, voire toute la vie.
Généralement, le psoriasis provoque des démangeaisons plus ou moins intenses et des saignements en cas de grattage. Il peut également être douloureux et les lésions peuvent se crevasser.

Qui le psoriasis touche-t-il ?
Le psoriasis peut débuter à tous les âges de la vie et concerne autant les femmes que les hommes.
Il est établi que le psoriasis est une maladie héréditaire et génétique. Mais ce qui est transmis par la voie génétique et familiale n'est que la potentialité de développer la maladie. Pour se déclarer, le psoriasis a aussi besoin de facteurs déclenchants.

Parmi les facteurs déclenchants ou aggravants ou encore d'entretien, nous retrouvons :

- la stimulation intempestive créée par le grattage, les frottements ou une pression excessive sur les lésions. Ce phénomène bien connu est encore appelé « phénomène de Koebner ». [cf. Gérer les démangeaisons]
- le stress, qu'il soit positif ou négatif et qui peut être inhérent au psoriasis lui-même.
   [cf. La gestion du stress par la sophrologie]
- certaines infections (streptocoques, des angines).
- un traumatisme, une cicatrice, un coup de soleil (phénomène de Koebner).
- le tabagisme. [cf. Le tabac aggrave le psoriasis]
- les stress environnementaux.
- certains médicaments tels que :
  • le lithium qui est prescrit pour la dépression.
  • les bêtabloquants utilisés en cardiologie.
  • les anti-malariques. Il est à noter que la nivaquine est également utilisée dans certains cas d'allergie solaire.
  • l'interféron qui est prescrit pour la sclérose en plaque et l'hépatite C.
  • certains anti-inflammatoires.
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine prescrits pour l'hypertension.

Diagnostic
Même si le psoriasis présente certaines particularités faciles à déceler, le diagnostic définitif n'est posé qu'après un examen clinique effectué par un médecin. En cas de doute, le médecin peut avoir recours à une biopsie.

Degrés de sévérité
Il existe deux échelles permettant de graduer la sévérité d'un psoriasis.

1. Le score PASI (Psoriasis Area and Severity Index) est le plus utilisé pour mesurer le degré de gravité du psoriasis. Il tient compte de la surface corporelle atteinte (la surface d'une main représente 1% de la surface totale du corps), de son degré de rougeur, de son épaississement et du niveau de desquamation. Le score s'échelonne entre 0 et 72. Plus le nombre est élevé, plus le psoriasis est considéré comme sévère.

2. Le score DLQI (Dermatology Life Quality Index) est une échelle d'évaluation de la qualité de vie du patient psoriasique. Dix questions sont posées au patient à propos de l'impact de son psoriasis (par ex. psoriasis au visage) au cours de la semaine précédente, sur sa profession, ses loisirs, son couple, sa vie sociale… Le résultat se situe entre 0 et 30 et plus le nombre est élevé, plus le psoriasis est considéré comme sévère.

De plus en plus de spécialistes considèrent qu'un psoriasis est reconnu comme sévère si la surface corporelle touchée ou le score PASI ou le score DLQI est au minimum de 10. Ce résultat est également un des critères pour bénéficier du remboursement de certains traitements.

Types de psoriasis
- Le psoriasis en plaques également appelé psoriasis vulgaris est la forme la plus courante du psoriasis (plus de 90% des cas) qui a donné son nom à la maladie: " grandes squames ". Les lésions cutanées sont rouges, irritées, squameuses et infiltrées. La localisation des plaques est à peu près symétrique, et concerne essentiellement la région des coudes, des genoux, le cuir chevelu, le bas du dos ou la région péri-ombilicale. Elle peut atteindre également des zones précédemment cicatricielles ou sur lesquelles s'exercent des traumatismes (Phénomène de Koebner).

- Le psoriasis en goutte ou psoriasis guttata se caractérise comme son nom l'indique par un éparpillement de petites gouttes de psoriasis sur tout le corps, principalement sur le tronc. Cette forme de psoriasis se déclenche souvent chez les enfants, les adolescents, suite à une angine ou à une infection à streptocoques.

- Le psoriasis pustuleux est la forme la plus aiguë et la plus rare. Des pustules contenant un liquide trouble mais stérile et donc non contagieux recouvrent la surface de la peau. S'il est localisé sur la paume des mains ou la plante des pieds, on parlera d'un type palmo-plantaire. On parle aussi d'acropustulose pour signifier qu'il concerne les extrémités. Autre exemple, le bout des doigts.

- Le psoriasis inversé, communément appelé le psoriasis des plis, se présente sous la forme de plaques rouge vif, lisses (absence de squames qui sont éliminées par la transpiration) survenant dans les plis génitaux, sous-mammaires, axillaires, fessiers et autres plis dus à l'obésité.

- Le psoriasis érythrodermique est une forme rare de psoriasis. La peau du corps entier du patient est atteinte de façon diffuse, rouge vif, et est recouverte de squames. Ce type de psoriasis nécessite une hospitalisation.

- Le psoriasis des muqueuses peut atteindre la muqueuse génitale, l'intérieur des joues, la langue, les gencives, les narines…

- Le psoriasis des langes peut se manifester chez les bébés mais aussi chez les personnes souffrant d'incontinence comme les personnes âgées.

Grossesse
Pendant la grossesse, on observe une nette amélioration du psoriasis mais après l'accouchement, il y a souvent une récidive de la maladie.
Il n'existe aucun risque pour le fœtus si le ou les parents sont atteints de psoriasis.
Cependant, la mère doit être très prudente au niveau du traitement du psoriasis même s'il s'agit d'un traitement local. Elle doit informer le médecin de sa grossesse et respecter le traitement prescrit afin d'éviter toute nocivité pour le foetus.

L'impact sur la qualité de vie
Contrairement à d'autres affections, le psoriasis est une maladie visible qui capte immanquablement le regard de l'autre. Mal informé, ce dernier peut éprouver des sentiments de dégoût et croire que le patient est sale, qu'il manque d'hygiène et que le mal dont il souffre est contagieux. Voilà pourquoi il est nécessaire d'informer le grand public sur ce qu'est réellement le psoriasis.
Mais ce qui est plus grave, et des études récentes le révèlent, c'est que le psoriasis devient pour certains une maladie invalidante dont l'impact sur la vie quotidienne peut être désastreux. Des malades s'isolent pour ne plus subir le regard de l'autre, voient leur vie affective perturbée, renoncent aux pratiques sportives, refusent de se soigner, tombent en dépression et des enfants et des adolescents font l'objet de brimades répétées. Fatigués devant une maladie qui reste à ce jour incurable, ils se résignent à la subir et abandonnent l'idée qu'il est possible de la dominer, sinon de la vivre au quotidien de manière acceptable.

Arthrite psoriasique
Il s'agit d'une inflammation des articulations qui se caractérise par des gonflements articulaires et qui touche environ 20 % des patients psoriasiques.
Dans 75 % des cas, l'arthrite psoriasique apparaît après un psoriasis cutané.
Elle s'installe le plus fréquemment sur des articulations distales (dernières phalanges des doigts et des orteils) et de la colonne vertébrale. L'atteinte articulaire peut également se localiser au niveau des épaules, des genoux, des hanches et de la colonne vertébrale. Sa présentation peut être limitée à une articulation, à quelques unes de manière asymétrique ou en toucher plusieurs.
Plus de détails sur le site de l’Association polyarthrite www.arthrites.be .



Cette page a été réalisée avec l’aide du docteur Pierre-Dominique Ghislain.
© Psoriasis-Contact asbl, 2008-2012 | Dernière mise à jour : 5 octobre 2014 | Dieweg, 45, B-1180 Bruxelles | Tél.: 02 372 37 67