Connaissez-vous l’arthrite psoriasique ?

Posté le

Connaissez-vous l’arthrite psoriasique ?

L’arthrite psoriasique (PSA) est une maladie inflammatoire chronique qui se traduit par des douleurs, des gonflements et des raideurs articulaires. Même si elle est plus fréquente chez les personnes souffrant de psoriasis, 20 % des personnes atteintes de PSA ne présentent pas cette maladie de la peau. Évoluant par poussées, parfois séparées de longues périodes d’accalmie, la PSA passe parfois inaperçue, ou est confondue avec une autre forme de rhumatisme chronique comme la spondylarthrite. Des traitements permettent de soulager les poussées aiguës, mais aussi de réduire leur fréquence d’apparition, et donc leur évolution délétère.    Dr S.A.

Qu’appelle-t-on arthrite psoriasique ?

L’ arthrite psoriasique est un rhumatisme inflammatoire chronique qui fait partie des spondyloarthrites (également appelées spondylarthropathies), comme la spondylarthrite ankylosante, les arthrites réactionnelles et les arthrites associées aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI : maladie de Crohn et rectocolite hémorragique). Elle se traduit par une inflammation des articulations à l’origine de douleurs et de raideurs, associées à de la fatigue et est dûe à une réaction du système immunitaire contre les articulations, les tendons et les ligaments.

On distingue trois formes de PSA:

  • la forme dite « axiale », qui touche la colonne vertébrale, les articulations du thorax et celles qui joignent le bassin et les vertèbres lombaires (articulations sacro-iliaques) ; cette forme peut parfois être confondue avec la spondylarthrite axiale.-
  • la forme dite « articulaire périphérique », qui touche les genoux, les hanches, les épaules, les doigts ou les orteils ; c’est la forme la plus fréquente.
  • la forme dite « enthesite », qui touche les talons et les coudes. Les enthèses sont les attaches des tendons et des ligaments sur les os.

Un patient atteint de rhumatisme psoriasique peut souffrir d’une de ces formes, ou de plusieurs, simultanément ou successivement.

Qui est touché ?

L’arthrite psoriasique touche autant d’hommes que de femmes. Les symptômes apparaissent en général chez des personnes âgées de 30 et 50 ans. Environ 80 % des personnes qui souffrent de rhumatisme psoriasique sont également touchées par le psoriasis. Et près de 30 % des personnes atteintes de psoriasis développeront une PSA. En règle générale, la forme rhumatismale apparaît 5 à 10 ans après l’apparition des symptômes cutanés du psoriasis, mais chez 15 % des patients atteints de psoriasis , elle est apparue avant les symptômes cutanés.

Quelles sont les causes ?

Comme le psoriasis et les autres rhumatismes inflammatoires chroniques, l’arthrite psoriasique est dûe à la conjonction d’une prédisposition génétique et de facteurs environnementaux favorisants (par exemple le stress, des traumatismes physiques ou émotionnels ou des infections). Le système immunitaire réagit de façon anormale et attaque les tissus des articulations comme si ils constituaient des corps étrangers. Cette réaction auto-immunitaire provoque une inflammation locale à l’origine des douleurs, des raideurs et des gonflements des articulations et, à plus long terme, des lésions.

Quels sont les facteurs de risque?

Au niveau génétique tout d’abord :les personnes porteuses du gène HLA B27 présentent un risque plus élevé de développer la maladie: ce gène est présent chez 25 % des personnes atteintes de rhumatisme psoriasique. HLA B27 code pour une protéine de surface des cellules qui est impliquée dans leur reconnaissance par le système immunitaire, ce sont ces protéines HLA qui permettent au système immunitaire de faire la différence entre le soi et le non-soi. Lorsque HLA B 27 est présent, le corps confond parfois ses propres cellules avec des cellules étrangères qu’il combat par l’inflammation.

Mais d’autres facteurs de risque, non génétiques, d’arthrite psoriasique sont suspectés : l’obésité, le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, le syndrome métabolique et, bien sûr, le psoriasis, en particulier dans ses formes sévères et étendues, ainsi que celles qui touchent le cuir chevelu, les ongles ou le pli interfessier.

Quels sont les symptômes?

Les symptômes de PSA sont peu spécifiques et ressemblent pour beaucoup à ceux des autres formes de rhumatismes inflammatoires chroniques. Lorsque les crises aiguës (les poussées) sont peu sévères et très espacées dans le temps (plusieurs années entre deux poussées), il n’est pas rare que le rhumatisme psoriasique passe inaperçu. On estime que, chez la moitié des patients souffrant de psoriasis et d’arthrite psoriasique, cette dernière n’a jamais été diagnostiquée.

Deux symptômes sont présents chez 30 à 50 % des patients, et sont particulièrement caractéristiques:
-l’enthésite, ou inflammation des enthèses, les attaches des ligaments et des tendons sur les os, à l’origine de douleurs articulaires ;

-la dactylite, une inflammation des articulations des doigts qui provoque douleur et gonflement : le doigt prend une forme « de saucisse ».

Ces symptômes sont souvent asymétriques (un seul côté du corps est touché).

D’autres symptômes peuvent également être observés :
-des douleurs articulaires qui réveillent au milieu de la nuit ;
-de la fatigue, en particulier pendant les poussées ;
-une raideur articulaire matinale qui est soulagée par le mouvement (« dérouillage ») ;
-des gonflements au niveau des articulations dus à une inflammation de la membrane qui protège les articulations (la « membrane synoviale »). Ces gonflements témoignent d’un « épanchement de synovie », c’est-à-dire une augmentation du volume de liquide présent dans l’articulation.

Chez les personnes qui souffrent de psoriasis, un symptôme est fréquemment présent en cas d’arthrite psoriasique (70 à 80 % des cas) : les ongles présentent de nombreux petits cratères, on parle « d’ongles en dé à coudre » ou « ongles de couturière ». Dans certains cas, elle peut s’accompagner d’une inflammation des yeux (« uvéite »), d’une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI : maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique), de troubles du rythme cardiaque ou d’anomalies des valves cardiaques.

Comment évolue l’arthrite psoriasique ?

L’arthrite psoriasique évolue par crises aiguës (les « poussées ») séparées par des périodes d’accalmie (de rémission). Chez les personnes également atteintes de psoriasis, ces poussées sont indépendantes des poussées de symptômes cutanés.

Sans traitement, le rhumatisme psoriasique peut provoquer des raideurs articulaires irréversibles (on parle alors d’ « ankylose »), voire des déformations articulaires elles aussi irréversibles. Ces complications peuvent être à l’origine d’un handicap.

Quels sont les traitements ?

Le traitement repose sur la prescription de médicaments, mais également sur des appareillages orthopédiques, de la rééducation fonctionnelle, de l’activité physique adaptée et, éventuellement des interventions chirurgicales.

Les médicaments prescrits dans l’arthrite psoriasique visent à soulager la douleur et prévenir les dommages articulaires, en diminuant l’inflammation locale. Ils contribuent également à limiter la perte de mobilité articulaire.

Les traitements de fond sont prescrits pour prévenir les poussées de PSA chez les personnes qui en souffrent de manière fréquente, ou lorsque les traitements pour soulager les poussées ne sont pas suffisants. Ces traitements visent à inhiber partiellement l’action du système immunitaire pour réduire l’inflammation : ils sont dits « immunosuppresseurs ». Ces traitements sont réservés aux formes sévères ou de sévérité modérée mais qui ont un fort impact sur la qualité de vie du patient.

Les poussées de rhumatisme psoriasique sont généralement soulagées par la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, par exemple ibuprofène ou kétoprofène). Dans certains cas, des médicaments antalgiques (contre la douleur) peuvent être prescrits pour une durée limitée. Enfin, il est possible de pratiquer des injections de corticoïdes (médicaments de la famille de la cortisone) directement dans la ou les articulations douloureuses.

Outre les médicaments, d’autres types de traitement existent pour soulager les symptômes du rhumatisme psoriasique :

  • Le port d’orthèses, destinées à limiter les mouvements des articulations touchées, permet de soulager la douleur et de prévenir ou limiter les déformations articulaires.
  • La rééducation fonctionnelle, mise en place par un kinésithérapeute qui réalise des programmes adaptés aux articulations touchées. Les séances, pratiquées seul ou en groupe, visent à préserver la mobilité articulaire et la force musculaire, et à soulager la douleur.
  • Les interventions chirurgicales, pratiquées dans certains cas exceptionnels où les articulations sont très endommagées.

 

Par .S. Audali

  • Psoriatic arthritis: epidemiology, clinical features, course, and outcome, Gladman DD, Antoni C, Mease P, Clegg DO, Nash P. Ann Rheum Dis 2005;64 Suppl 2:ii14-7, 2005
  • https://eurekasante.vidal.fr/maladies/appareil-locomoteur/rhumatisme-psoriasique.html?pb=traitements#CPbVFQPYjR2PeY0L.99 Mis à jour : Lundi 12 Mars 2018
  • Clinical features and diagnostic considerations in psoriatic arthritis, Gladman DD. Rheum Dis Clin North Am 2015;41:569-79, 11/2015
  • Psoriatic arthritis: current therapy and future approaches, Huynh D, Kavanaugh A. Rheumatology 2015;54:20-8, 01/2015
  • Le rhumatisme psoriasique, Lavie D. France Psoriasis, 2013