fbpx

Interview en exclusivité du Docteur Florence Neczyporenko

Posté le

Interview en exclusivité du Docteur Florence Neczyporenko

Hydratation et psoriasis : l’eau et les émollients (1), des amis pour la vie !

Avec l’arrivée des beaux jours, Psoriasis Contact a voulu savoir qu’elle était l’importance de l’hydratation dans la lutte au quotidien contre les symptomatologies liées au psoriasis, léger à modéré mais aussi modéré à sévère. Et par hydratation, nous mettons l’accent non seulement sur l’application régulière d’émollients (1) mais aussi sur le fait de boire de l’eau (plate ou pétillante), voire d’ingérer de grandes quantités d’or bleu (2). Pour répondre aux questions cruciales que vous vous posez certainement en matière d’hydratation cutanée et/ou corporelle, voici une interview réalisée avec l’aimable collaboration du Docteur Florence Neczyporenko.

Propos recueillis par Barbara Simon

Le Docteur Florence Neczyporenko est Chef de Clinique Adjoint – St-Pierre, Site César de Pape Département Inter hospitalier de Dermatologie du CHU St-Pierre – Brugmann – HUDERF – Bruxelles   

Psoriasis Contact : Y a-t-il des recommandations spécifiques en matière d’hydratation à faire/à donner aux patients souffrant de psoriasis légers (avec traitements topiques) et à ceux sous biothérapie ou autres ?

Docteur Florence Neczyporenko : « Plus la peau est hydratée, plus elle est confortable, c’est-à-dire avec moins de sensation de chatouillement, de démangeaisons, d’inconfort et plus elle guérit vite, car elle se trouve dans les meilleures conditions pour une réparation cutanée. Cette règle « générale » s’applique à tous les stades de sévérité de psoriasis, et s’applique toute l’année, été comme hiver !

Certaines crèmes émollientes/hydratantes sont, toutefois, plus fluides et agréables à appliquer/étaler en été (les « laits hydratants »), tandis que les formules plus grasses sont plus appréciées en hiver (les « baumes hydratants »), mais inutile d’acheter spécialement un autre produit, les deux formes galéniques (3) conviennent parfaitement à la fonction demandée.»

Psoriasis Contact : Faut-il recommander aux psoriasiques de boire davantage d’eau ?

Docteur Florence Neczyporenko : « Indépendamment de la transpiration, toute la surface de notre peau perd imperceptiblement, de l’eau en continu, c’est ce qu’on appelle la perspiration. Cette perte aqueuse est bien plus importante au niveau des plaques de psoriasis qui sont en quelque sorte moins étanches à cette sortie d’eau. Il est donc particulièrement important de veiller à boire suffisamment toute l’année, mais en particulier en été, quand la chaleur accentue ces phénomènes de perte d’eau.»

Psoriasis Contact :  Certaines boissons sont-elles contre-indiquées : café, thé, alcool, agrumes, jus de fruits, boissons pétillantes, laits, etc. ?

Docteur Florence Neczyporenko : « Hormis dans le cas spécifique des pertes d’eau par effort sportif ou par diarrhée – vomissement, l’idéal pour s’hydrater est et sera toujours de boire de l’eau.

Plate, légèrement perlée ou pétillante, c’est simplement une affaire de goût.

Le thé, le café et le lait mais également les fruits, les légumes, les soupes que nous consommons quotidiennement contribuent également à notre bonne hydratation, mais ne remplacent évidemment pas la nécessité de boire de l’eau. L’alcool (bière, cocktails, sangria, vin, etc.) a, au contraire, un effet de déshydratation parfois important. L’alcool est donc à consommer avec modération, et à entrecouper, entre 2 verres, par un verre d’eau.

Les jus de fruits, smoothies, et softs (cola, limonades, etc.) regorgent, aussi de sucre. Ils peuvent, certes, assouvir la soif et hydrater mais leur goût sucré appelle à en reprendre sans pour autant désaltérer aussi bien que de l’eau. »

Psoriasis Contact :   Observe-t-on une différence cutanée (symptomatologie, intensité ou pas, aggravation ou pas) en cas d’hydratation correcte (liquide/cutanée) ou, au contraire, en cas d’hydratation liquide/cutanée totalement insuffisante ?

Docteur Florence Neczyporenko : « Dans un certain sens, oui. Comme nous l’avons susmentionné, la peau bien hydratée présente moins de démangeaisons. Le psoriasique souffre beaucoup moins d’inconfort, de chatouillements et se trouve dans les meilleures conditions pour guérir.»

Psoriasis Contact :   Certains traitements oraux requièrent-ils une hydratation (liquide/cutanée) spécifique, une hydratante plus importante ou pas ?

Docteur Florence Neczyporenko : « Outre le soleil et la chaleur plus présents en été, certains traitements comme les rétinoïdes (Néotigasonâ) assèchent un peu plus la peau et nécessitent donc une hydratation cutanée plus importante.»

Psoriasis Contact :   Observe-t-on une amélioration, par exemple en cas de psoriasis léger, de la symptomatologie du psoriasis suite à l’absorption 1 à 1,5 l d’eau et/ou d’application d’émollients ?

Docteur Florence Neczyporenko : « L’éventuelle amélioration est variable, car d’autres paramètres que l’hydratation optimale peuvent entrer en compte. Il faut retenir que l’hydratation est un besoin vital à la bonne santé, avec ou sans psoriasis. Et pour être bien hydraté, il faut à la fois apporter suffisamment de liquides (eau) à l’intérieur du corps et veiller à ce que la surface de la peau soit bien recouverte de son film hydrolipidique de protection (crème hydratante mais aussi usage de savons très doux, douches de préférence tièdes plutôt que brûlantes, etc. afin de ne pas décaper ce précieux film). »

Psoriasis Contact :   Il y a quelques années, une importante firme de produits cosmétiques vendus en parapharmacie et officine avait pour slogan : ‘l’hydratation de la peau se fait de l’intérieur’. Pensez-vous que cela puisse s’appliquer au psoriasis ?

Docteur Florence Neczyporenko : « Tout à fait, avec ou sans psoriasis le principe est d’application. Rappelons que l’on dénombre deux façons d’hydrater sa peau de l’intérieur : par l’apport d’eau suffisant déjà évoqué mais également en ingérant des omégas qui renforcent la qualité du film hydrolipidique (4) qui recouvre et protège la peau. Ces omégas se trouvent dans les poissons gras comme la sardine, le hareng, le maquereau, etc. Notez que pour ces poissons gras, ceux issus de la pêche en contiennent beaucoup plus que ceux issus l’aquaculture. On peut également en puiser dans les noix de Grenoble, l’avocat, les graines de chia, etc. »

Psoriasis Contact :  Quand on évoque l’hydratation, il convient également de s’attarder sur les applications souvent onéreuses et répétitives (surtout en cas de psoriasis léger) d’émollients, de produits surgras. Existe-t-il des recommandations spécifiques en vacances, à la plage, en été ?

Docteur Florence Neczyporenko : « C’est une idée préconçue mais, certes, souvent présente à l’esprit du grand public. Certes, certains émollients disponibles pharmacie sont onéreux, mais les basiques vendus en grandes surfaces ne coûtent que quelques euros et sont souvent, en cas de psoriasis léger, tout à fait suffisants et efficaces. »

Psoriasis Contact :  Quels sont les bienfaits les plus probants d’une hydratation cutanée fréquente (et avec quel rythme d’application) en cas de psoriasis léger à modéré et quid pour les formes les plus sévères ?

Docteur Florence Neczyporenko : « La fréquence idéale d’application d’une crème émolliente est celle qui permet de garder notre propre film hydrolipidique en place. C’est donc très variable d’une personne à l’autre, d’une saison à l’autre, etc. Pour simplifier au maximum le schéma à suivre, je propose à mes patients d’hydrater leur peau le matin et d’appliquer la crème traitante le soir. Et si une plaque de psoriasis les démange en journée, il sera alors temps pour eux de sortir un petit tube d’échantillon (que je leur conseille toujours d’avoir dans leur sac à main, mallette, sac à dos ou poche) et d’hydrater cet endroit en cours de journée. »

Psoriasis Contact :  Quid de l’hydratation (par boisson liquide) mais aussi cutanée chez les enfants en camps scout, stages sportifs, lors de baignades, en vacances, avec le sable… ?

En altitude où l’air est plus sec et le soleil souvent agressif ?

Docteur Florence Neczyporenko : « Si les conditions de vacances dessèchent davantage la peau (baignades en piscine ou en mer, altitude, ensoleillement important, etc.) ou augmentent la perte générale en eau (transpiration, etc.) il est effectivement pertinent de veiller davantage à s’hydrater en apportant suffisamment de liquide (via les boissons, les fruits et les légumes, etc.) et en enduisant sa peau de crème hydratante. »

Psoriasis Contact :  Quels compromis entre hydratation cutanée et protection solaire adaptée pour les psoriasiques ?

Docteur Florence Neczyporenko : « C’est simple, il n’y a pas besoin de faire de compromis : une crème solaire, c’est une base hydratante qui contient en plus un ou des filtres solaires, donc utiliser de la crème solaire permet également d’hydrater la peau.

Les crèmes solaires non parfumées, aux écrans minéraux conviennent, toutefois, mieux pour les plaques de psoriasis les plus abîmées et vastes.

Mais lorsque les plaques sont en voie de disparition, les crèmes solaires dites ‘classiques’ à usage familial, le plus souvent parfumées et à base de filtres chimiques peuvent également tout à fait convenir.».


Lexique

(1) Un émollient : se dit d’une substance qui détend, amollit, adoucit, la peau. Dans le contexte qui nous concerne, il s’agit d’une substance particulièrement hydratante.

(2) L’or bleu : dénomination plus « poétique » et imagée pour qualifier l’eau.

(3)Une forme galénique : la forme galénique d’un médicament, d’un produit dermocosmétique ou cosmétique est l’aspect (comprimé, gélulesuppositoire, crème, pommade, etc. ) sous lequel est présenté celui-ci mais aussi le type d’absorption du médicament : libération prolongée, gastro-résistant, application cutanée, etc. Plus généralement, la galénique peut aussi être l’étude des formes d’administration des médicaments, comme dans ce contexte l’application de crème, baume, lait hydratant ou surgras.

(4) Un film hydrolipidique : il s’agit d’un film protecteur recouvrant la totalité de la surface de l’épiderme humain. C’est une sorte d’émulsion assez complexe formée de substances provenant de sécrétions humaines (sueursébum, etc.) et d’agrégats cellulaires kératinisés ou morts. Son pH est légèrement acide. N’oublions pas que c’est ce film qui est à la base de la qualité de l’aspect extérieur de la peau puisqu’il la protège de plusieurs façons :

  • Il participe ainsi à la constitution de la barrière cutanée(avec la couche cornée) qui s’oppose à la pénétration de substances étrangères
  • Il régule l’hydratationdans les cellules cornées.
  • Il lutte contre les agressions microbiennesen autorisant toutefois le développement de la flore (Sources (4) Wikipédia).